XAVIER TISSOT
BOURDICHOU
11400  Fonters-du-Razès
cell
Menu
Giftlogo

Une ferme tournée vers l'agriculture biologique dans l'Aude

Découvrez comment travaille la Ferme de Bourdichou en agriculture biologique concernant son élevage de chèvres et sa production fromagère. Si vous n'avez aucune idée du séchage du foin en grange, passez à la ferme pour en savoir plus !

L’élevage de chèvres

Depuis longtemps la chèvre est considérée comme la vache du pauvre. C'est pourquoi certains la voit comme un pauvre animal. Il n'en est rien. Bien plus intelligent que les autres ruminants, cet animal espiègle et primesautier est très généreux à condition, bien sûr, d'être bien nourri et bien entretenu. En fait, ce n'est pas la vache du pauvre, mais la vache pour le pauvre, car, s'il est vaillant, il peut tirer un profit lui permettant de vivre raisonnablement.

Composé d’alpines, de saanens et de poitevines, l’effectif est actuellement de 33 chèvres, de 5 jeunes et d'un bouc saanen. Installées dans une partie ancienne de la ferme de 100m2, les chèvres sont réparties en deux lots de 15 à 20. Un couloir central, avec cornadis, permet de distribuer l’alimentation. Nourries de fourrage de sainfoin séché en grange et d'avoine aplatie produits sur les terres de Bourdichou, elles vont sur les parcours quand le temps le permet. En effet, la chèvre n'est pas un animal de pâturage, mais de parcours. Il faut pour cela l'accompagner dans des endroits où elle trouvera, suivant la saison, ce dont elle a besoin.

Très généreuse, la chèvre l'est. Contrairement aux brebis, elle peut tenir en lactation pendant plusieurs années. C'est le cas de certaines, dans le troupeau, qui entament leur sixième année de lactation. C'est pourquoi chaque année seules les chevrettes et quelques chèvres sont saillies par le bouc, les autres continuant à donner du lait. L'avantage de cette méthode est d'être présent sur les marchés toute l'année et d'avoir une production régulière donc une qualité de lait constante. Et tous les jours que Dieu fait, il faut traire matin et soir et transformer. Cette conduite du troupeau permet une production moyenne annuelle d’environ 830 litres de lait par chèvre. La qualité du lait permet de fabriquer 1200 fromages par tête et par an.

Le troupeau s’agrandit en sélectionnant les chevrettes des meilleures mères (lactation, taux protéique et butyreux du lait), saillies par un bouc améliorateur venant d’un centre de sélection. Ce choix ne permet pas un agrandissement rapide du troupeau, mais il garantit une sécurité sanitaire de ce dernier.

 

Le rucher

L’objectif est de créer et de maintenir un environnement favorable aux abeilles pour permettre à un rucher sédentaire de 30 ruches de se nourrir sur l’exploitation pendant toute la saison apicole de mars à octobre.

La production végétale en agriculture biologique

Préambule

Le travail du sol est effectué avec une machine à bêcher (ou rotobêche) qui permet de développer une vie microbienne maximale dans le sol et obtenir ainsi des rendements raisonnables sans ajouter d'intrants.

C'est un outil dont le fonctionnement simple est basé sur le principe de la bêche manuelle. Dans le cas présent, dix bêches sont introduites alternativement dans le sol et dégagent des mottes de terre vers l'arrière qui vont se pulvériser sur une grille.

Les avantages de la machine à bêcher sont nombreux :

  • elle ameublit le sol et le nivelle,
  • elle remue le terrain sans enfouir la terre fertile, laissant ainsi les éléments minéraux aux racines des plantes. Les résidus de récolte sont mélangés sur toute la profondeur de travail (environ 20 centimètres),
  • elle peut être utilisée de façon plus polyvalente face aux conditions climatiques complexes,
  • elle ne crée pas de semelle de labour,
  • la puissance nécessaire pour l'entraîner reste faible. Ainsi dans le cas présent, une machine à dix bêches est animée par un 70 CV, sans effort de traction car elle a tendance à pousser le tracteur. A une vitesse de 2km/h, un moteur tournant à 1900tr/mn, il est possible de bêcher 1ha en 2 heure.

L'avoine

L'avoine est une céréale à paille cultivée dans les régions tempérées et utilisée en alimentation animale.
Céréale dite du pauvre, riche en cellulose, elle permet de nourrir le troupeau et d'obtenir un lait riche en taux butyreux. Les chèvres en sont très friandes et la culture de cette céréale est simple.
Après deux années d'avoine sur une même parcelle, il est effectué un semis de légumeuses annuelles.

Les lentilles vertes

La lentille est une légumineuse annuelle qui, comme toutes les légumineuses, va redonner de l'azote dans le sol et permettre ainsi un bon développement de la céréale qui suivra. C'est une de nos plus anciennes plantes alimentaires cultivées.

En Egypte, aux temps bibliques, on donnait des lentilles aux chevaux en période de disette.
Semées entre le 20 mars et le 15 mai, les fleurs petites et de couleur bleuâtre seront butinées par les abeilles. Les gousses, courtes planes et tronquées, contiennent 2 graines aplaties, très riches en protéines (25% de matière fraîche). Mélangées avec l'avoine au moment de la traite du troupeau, elles sont un apport de qualité pour obtenir du bon lait.

La lentille est appelée aussi le caviar du pauvre. En effet sa richesse alimentaire lui permet d'apporter les protéines nécessaires à l'organisme humain, en remplacement de la viande. Sa préparation culinaire est très simple, car la lentille se suffit à elle-même.
En voici d'ailleurs une recette :
1 - Mettre les lentilles (un verre par personne) dans une casserole. Recouvrir de trois à quatre centimètres d’eau froide.
2 - Enlever avec une petite passoire les parties qui flottent - balles.
3 - Ajouter un oignon coupé en deux, quelques gousses d’ail en chemise, une branche de thym.
4 - Porter à ébullition et laisser bouillir une petite heure à petit feu. Saler en fin de cuisson.
5 - Arroser d’une bonne rasade d’huile d’olive et d’un peu de bon vinaigre de vin.
6 - S’il reste de l’eau de cuisson, égoutter les lentilles avant l’assaisonnement.
7 - Esquicher une gousse d’ail au moment de servir et bien mélanger !
8 - A manger tiède, froid ou chaud.

Les pois chiches

Les pois chiches sont une légumineuse annuelle qui, comme toutes les légumineuses, va redonner de l'azote dans le sol et permettre ainsi un bon développement de la céréale qui suivra.

Pratiques à conserver, les pois chiches sont un indispensable produit du placard "bio" de la maison. Comme tout légume sec, ils offrent l'avantage d'être à la fois économiques et nutritifs.
Présents dans les recettes traditionnelles des pays méditerranéens, les pois chiches sont une source de protéines végétales qui permet en les combinant à une céréale et des légumes, d'obtenir une assiette quotidienne complète équilibrée.
Souvent associé à la cuisine pauvre, les légumes secs en général et les pois chiches en particulier sont, en réalité, fondamentaux pour respecter une alimentation saine et équilibrée. De plus, la culture du pois chiche est adaptée dans les régions sèches non irriguées et aux terres pauvres.

Voici une recette économique qui vous permettra de vous régaler :

1- Mettre à tremper les pois chiches dans de l’eau froide pendant une nuit
2- Faire cuire dans la même eau (en rajouter si nécessaire) pendant une bonne heure à partir de l’ébullition
3- Les pois chiches seront cuits lorsqu’ils fondront dans la bouche
4- Les égoutter, saler, poivrer et saupoudrer de la fleur de thym
5- Esquicher une gousse d’ail
6- Arroser d’une bonne rasade d’huile d’olive
7- Si vous les consommez en salade tiède, mettez du vinaigre
8- Si vous les consommez très chauds, ajoutez du gruyère râpé.

Le sainfoin

Cultivé partout au début du siècle, le sainfoin a ensuite perdu du terrain, notamment face à la luzerne. Sa rusticité, sa souplesse d'utilisation et ses qualités nutritives lui valent d'ailleurs un regain d'intérêt. C'est une légumineuse vivace à racine pivotante profonde. Son système radiculaire est très profond avec des ramifications latérales. La plante mesure 50 à 70 cm de hauteur. Les tiges sont ramifiées, à port dressé et à fleurs roses à rouges.

Équilibré en énergie et en protéines, le sainfoin est également appétant et très digestible. De plus, les tanins naturels du sainfoin empêchent la production de mousse dans la panse des animaux. Avec le sainfoin, il n'y a donc aucun risque de météorisation. Le foin sec est un excellent aliment, un peu grossier et convenant particulièrement aux chèvres et aux chevaux. Le sainfoin est la plante mellifère par excellence, c'est-à-dire que sa présence stimule l'activité des abeilles. Il permet de les nourrir durant les mois de juin à août pour la fabrication d’un miel de grande qualité.

Pour une ferme se voulant respectueuse de l’environnement, le sainfoin peut donc constituer l'essentiel de la ration de base pour un troupeau laitier.

Le dactyle

Le dactyle est une graminée fourragère très riche en protéine. Il est adapté au sol séchant. Son système radiculaire très puissant va chercher l’humidité à grande profondeur, ce qui lui permet de pousser en période sèche. De plus, son système racinaire très dense dans les 20-30 premiers centimètres du sol lui permet de profiter des moindres pluies d’orage de l’été. Les repousses abondantes en automne permettent d’allonger le pâturage des animaux et donc de produire du lait de façon très économique. C’est une espèce fourragère prairial qui peut durer entre 4 et 8 ans si elle a été bien conduite.

 


Quelques photos